Mamans, voilà comment bébé vous manipule

La science, preuves à l’appui, vient de montrer que les pleurs du bébé ne sont pas sans conséquences chez sa maman, en effet, entendre votre enfant pleurer affecte directement votre cerveau, mesdames.

Vous avez acquis récemment le titre de « jeune maman » ou bien peut-être l’êtes vous une nouvelle fois, en tout cas l’étude que je vous présente aujourd’hui risque de vous intéresser grandement.

Comment dire, vous découvrez les joies d’être mère, vous adorer passez des heures à regarder votre adorable petit ange dormir … si seulement ce dernier vous laissait vous aussi vous reposer la nuit. Il n’en est rien, chaque nuit ses cris déchirants vous tirent de votre sommeil alors que papa, lui, dort à poing fermés. Par mauvaise foi, vous avez pourtant essayé de faire comme si de rien n’était, hélas votre cœur bat plus fort, vos mains deviennent moites et vous le savez : vous n’y arriverez pas.

Pleurs : n.m : « seul langage dont dispose le bébé »

Mère nature n’a pas vraiment gâté votre progéniture, il faudra des années avant que votre enfant ne maîtrise les affres de la langue de Molière. De ce fait, pleurer représente pour le nourrisson la seule méthode pour être sûr se faire entendre.

Venons-en à cette fameuse étude parue le 23 avril dans un grand journal scientifique : Nature. Ce travail explique comment les cris du bébé agissent sur le cerveau de la maman.

Les chercheurs se sont basés sur des observations chez un autre mammifère : la souris. Lorsqu’une souris femelle entend les cris d’un souriceau, celle-ci accourt rapidement pour s’en occuper. Il a été noté qu’une souris femelle, déjà mère, pouvait, en plus, entendre des cris plus éloignés et les distinguer du bruit de fond.

L’amour maternel à toute épreuve

Une hormone particulière attire alors l’attention des chercheurs, l’ocytocine, souvent nommé à tort « Hormone de l’amour« . En réalité, l’ocytocine est plutôt l’hormone maternelle par excellence. Cette dernière agit lors de la naissance mais aussi pour la production du lait maternel. Toutefois il est vrai, l’ocytocine serait aussi l’hormone responsable des « coups de foudre« .

Robert Froemke et ses collègues de l’université de médecine de New-York, ont alors injectés de l’ocytocine à travers un patch au niveau du cortex auditif gauche de la souris, zone responsable de l’audition et de l’interprétation des sons. Les chercheurs ont alors observés, que les femelles n’ayant jamais été mères se sont mises à se comporter exactement comme les « vraies-mamans » vis-à-vis du même stimulus.

Le schéma proposés par l’équipe de recherche serait alors simple : Le bébé pleure, l’ocytocine est sécrétée au niveau cérébral, les neurones spécialisés distinguent mieux le son des pleurs et bébé a gagné : maman se précipite pour le voir.

Gardons tout de même à l’esprit que le travail présenté a été effectué chez la souris, nous ne sommes pas sûrs que cette hypothèse soit validé chez l’Homme. Vous en conviendrez tout de même, les mamans sont particulièrement attentives aux pleurs de leur bambin.

Une étude de 2013 avait permis d’observer sous IRM, la réponse cérébrale de 18 hommes et femmes aux cris d’un bébé. De façon spectaculaire, les femmes avaient une activité cérébrale semblable à celle d’un cerveau en alerte alors qu’il en était rien chez les hommes.

Si de telles observations existent, elles ne reflètent cependant pas une réalité. En effet, une absence d’état d’alerte ne veut pas nécessairement signifier que le papa est moins sensible aux pleurs de son bébé. La découverte réalisée par les chercheurs de New-York vient seulement montrer un mécanisme existant chez la mère, stimulé par les pleurs du bébé.

Retrouvez Sens & Science sur les réseaux sociaux, à savoir Facebook, Twitter et Instagram (Sens_Science).

Ecrit par Emmanuel FELOUZIS.

Sources : Oxytocin enables maternal behaviour by balancing cortical inhibition, Nature 520, 499–504 (23 April 2015) doi:10.1038/nature14402

Gender Differences in Directional Brain Responses to Infant Hunger Cries, Neuroreport. 2013 Feb 13; 24(3): 142–146. doi:  10.1097/WNR.0b013e32835df4fa

Image : AFP

Publicités

Étaler sa science...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s