Pourquoi avons-nous un menton ?

Si l’on s’amuse à jouer au jeu des 7 différences entre un crâne de primate ou bien d’un Homme de Neandertal et un crâne d’Homme moderne, l’absence d’un élément en particulier viendra attirer notre attention : l’absence de menton. Comment avons-nous donc acquis ce dernier ?

Le menton, protubérance retrouvée exclusivement chez l’Homme moderne, a longtemps passionné la science. Les travaux de Nathan Holton et de son équipe de recherche viennent apporter un éclairage sur l’origine évolutive de celui-ci.

Un menton pour un visage harmonieux

Contrairement à ce que l’on a pu penser pendant des années, l’apparition du menton ne s’est pas produite progressivement suite à la pression mécanique induite par la mastication. La formation du menton serait le fruit de remodelages de la taille et de la forme du visage, ayant eu lieu durant l’évolution, par des modifications hormonales profondes en vue de nous sociabiliser et pouvoir vivre en communauté, rien que ça !

Si ce que Hulton dit est vrai, cela viendrait mettre un terme à un long débat comme seuls les scientifiques en ont le secret.

Pour répondre à la question, l’équipe a réalisé des analyses faciales et biomécaniques avancées sur plus de 40 personnes de tout âge. Il en est ressorti qu’il était mécaniquement impossible que la mastication ou une autre pression mécanique puissent ainsi remodeler la mandibule inférieure.

Pour les chercheurs, la réponse est donc simplement géométrique : l’homme moderne a perdu plus de 15% de la taille de son visage par rapport à son ancêtre, l’Homme de Neandertal, ainsi on a assisté à l’émergence d’une protubérance qui n’est autre que le menton afin d’affiner le visage.

Un peu d’histoire…

Robert Franciscus, anthropologiste, pense que l’apparition du menton est une conséquence du changement de style de vie apparu chez l’Homme, il y a de cela 80 000 ans. En effet, l’Homme moderne décide de changer totalement sa manière de vivre, il passe alors d’une vie isolée de chasseur où il vivait en groupe restreint, à une vie au sein d’une communauté plus conséquente, propice au phénomène de sociabilisation.

Les hommes (les mâles, les vrais !)  deviennent alors moins agressifs durant cette période n’ayant plus à devoir se disputer des territoires et trouvant un meilleur intérêt dans la création d’alliances.

Ce changement de manière de penser n’est pas sans conséquences sur les hormones surtout la fameuse testostérone qui voit ses taux chuter, induisant de ce fait des changement dans la forme du crâne et donc du visage. C’est ainsi que l’Homme moderne a perdu ses 15% de visages, rendant possible l’avènement du menton.

Ainsi, le menton est un héritage précieux de nos premiers ancêtres, il est témoin que notre espèce a su abandonner la violence et l’isolement au profit de la vie plus paisible en communauté. Avoir du poil au menton n’est donc pas réellement preuve de virilité brute finalement.

Ecrit par Emmanuel FELOUZIS

Source : N. E. Holton, L. L. Bonner, J. E. Scott, S. D. Marshall, R. G. Franciscus, T. E. Southard. The ontogeny of the chin: an analysis of allometric and biomechanical scaling. Journal of Anatomy, 2015; DOI:10.1111/joa.12307

Image : © hairymuseummatt (photo originale), Dr Mike Baxter (photo dérivée)

Publicités

Étaler sa science...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s